Pollution sonore: ça suffit!

Car en effet, si cette pollution est une gêne indéniable, elle a un fort impact sur la santé des Charentonnais.es ! Reconnu point noir du bruit en Ile-de-France, les Charentonnais.es perdent 18 mois d’espérance de vie en bonne santé, juste à cause du bruit (ajoutons à cela la pollution atmosphérique) et les impacts sur le sommeil, le stress, l’augmentation des risques d’accidents cardio-vasculaires… !

La Ville de Charenton souffre des conséquences de ces grands axes et doit donc prendre des mesures.

Dans un second temps, nous couvrirons entre l’Avenue de la Liberté et la frontière ouest de notre ville, profitant du projet Charenton-Bercy pour simplifier cet ouvrage.

Nous sommes convaincus de l’utilité de cette couverture. D’abord pour le bruit, nous le disions, mais aussi pour retisser le lien entre « le bas » et « le haut » de Charenton. Nous profiterons de l’espace créé par la couverture, non pas pour laisser du béton ou densifier encore davantage notre ville. Nous utiliserons cet espace pour verdir notre commune et créer des lieux de rencontre et d’échange. Un espace finalement agréable pour se balader, y passer du temps.

Nous sommes également certains de la faisabilité à moindre coût du projet. La faisabilité d’abord, parce que, nous le disions, sur une grande partie de la Commune, la tranchée est étroite et sans beaucoup de dénivelé. L’espace à couvrir est ainsi assez petit. Nous pourrons également bénéficier de l’expérience acquise via d’autres collectivités qui ont entrepris ces couvertures, à l’image de Paris XIIIème par exemple avec les travaux près de Gare d’Austerlitz, sur un projet bien plus compliqué techniquement et financièrement.

Nous parlions du coût. La Ville de Charenton, et ses habitant.e.s n’auront pas à porter l’intégralité du financement. En effet, du financement peut être obtenu à l’échelle de la Région (au titre des points noirs du bruit), de la Métropole, de l’Etat et de la SNCF. Pour la deuxième phase de la couverture, une intégration aux discussions du projet Charenton-Bercy serait engagée, puisque cela s’intègre parfaitement dans la mutation de ce quartier !

L’idée, là encore, n’est pas de bétonner pour bétonner. En effet, nous souhaitons utiliser cette couverture à 2 fins : continuer à verdir la Ville, et donner de l’espace de vie à Charenton ; puis recréer un lien avec les berges. Nous aborderons ce sujet plus en détail dans un prochain article.

Ces couvertures annihileraient le souci du bruit des grands axes de transports à Charenton, et permettraient donc l’augmentation aisée et ample des espaces verts charentonnais, notamment à des endroits très pauvres actuellement.

Ces mesures, nous le disions, relèvent de l’amélioration du cadre de vie, pour rendre notre ville plus agréable à vivre (pour tou.te.s !), ainsi que de la santé publique à Charenton ! Prenons donc ce problème à bras le corps, et traitons-le !

En résumé :

  1. Couvrir les voies de chemin de fer, en profiter pour verdir la ville et créer des espaces de vie.
  2. Couvrir l’A4, en profiter également pour verdir la ville et créer un passage beaucoup plus aisé aux berges (et notamment la piste cyclable)
  3. Informer les citoyen.ne.s sur l’exposition au bruit, avec des panneaux d’affichages clairs et actualisés en direct
  4. Installer des radars anti-bruit pour lutter contre les véhicules qui ne respectent pas les normes sonores.

#Ecologie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *